Enfin de l’action !

Dans cet article, je souhaite revenir sur l’importance du développement agricole dans un pays qui s’ouvre, grandit et change. Il y a quelques années encore l’Indonésie était un pays auto suffisant dans sa production et consommation en riz. Ces dernières années le pays a connu une diminution de sa production ainsi qu’une augmentation de sa population, le pays a dû pour la première fois se tourner vers ses voisins (Thaïlande et Vietnam) pour pallier ce déficit. L’Indonésie n’avait jamais eu de problèmes alimentaires même avec une population aussi importante 208,9 Millions d’habitant en 2000 (247 Millions en 2012). J’ai voulu comprendre le problème depuis le début !

Il faut remonter dans les années 70, l’Indonésie est un pays ou la majorité de la population vie de l’agriculture (et encore beaucoup aujourd’hui). Une agriculture traditionnelle au rythme des saisons, s’adaptant aux variations de production mais surtout une agriculture diversifiée sans engrais ni produits chimiques.

Schéma-organisation-agriculture-indonésie-1970

Pendant les années 70 le monde connait une crise alimentaire (pas en Indonésie) qui pousse la FAO (Food and Agriculture Organization of the UN) à rentrer en scène et trouver des « solutions « . A ce moment la FAO introduit en Indonésie des plants de riz OGM qui réduise la période de culture de 6 mois à seulement 3 mois. Solution et innovation prometteuse !! Au même moment le gouvernement change les pratiques de cultures employées depuis des centaines d’années. C’est à dire que traditionnellement les villages s’organisaient en communauté cultivant ensemble les terres avec un système de rotation qui s’organisait autour du village et de la forêt. Avec cette même forêt qui est essentielle à l’équilibre de cet environnement ; production de bois, accès aux fruits, infiltration des eaux de pluies etc.

Le gouvernement chamboule tout cet équilibre en introduisant le concept 1 champ = 1 famille. Donc chacun SON CHAMP très bien, sauf que plus de rotation des cultures et un travail individualisé … plus fatiguant ? Ennuyeux ? Monoculture  Au même moment la FAO ramène ses sabots avec du riz magique !! Les problèmes n’ont pas attendues longtemps pour rappliquer eux aussi.

Dark-sky---Sulawesi

La production a certes augmenté sauf que les sols se sont appauvris tout aussi vite avec une augmentation des parasites qui aiment particulièrement ce riz. Pas de problèmes, il y a des solutions : couper la forêt pour dégager de nouvelles terres et il y a aussi les pesticides ouf !!!! Voilà comment un pays comme l’Indonésie est devenu un gourmand consommateur de divers engrais, herbicides et pesticides, mais aussi dépendant de ses produits. Des produits qui sont importé et soutenu par le gouvernement ça laisse deviner le niveau du pouvoir de l’argent et la corruption rampante du gouvernement. Dans un article précédent j’expliquais le système de subventions des engrais et une tentative de culture bio très limité dans la région d’Aceh (Nord Sumatra). L’initiative d’Aceh partait d’une bonne intention mais avec des retombées assez limitées à seulement une famille.

J’ai voulu voir si dans d’autres régions, il y avait des exemples avec plus d’ampleur. La région du Lac Poso à Sulawesi …

Lac-Poso

Magic-water---Lac-poso-sulawesi spider---sulawesi cascade-de-poso---Sulawesi Bonhomme-qui-pense---Sulawesi

C’est dans la région du lac Poso au centre de l’île de Sulawesi que j’ai pu observer une réelle initiative « durable ». Avant de l’expliquer un petit état des lieux. Les cultures s’organisent autour du lac, sorte de mer intérieure. La région est donc fertile avec des cultures de riz, clou de girofle, légumes, durian, noix de coco, muscade, vanille, cannelle, café et cacao (pour nous les européens, miam miam !!)

Femme-du-lac---Sulawesifisherwomen---poso-lacCacao---Sulawesi

Sauf que les cultures se sont intensifiées avec en parallèle une augmentation croissante des produits chimiques. La situation ici est tellement perverse que les paysans sont autorisés à utiliser les engrais et payer après la récolte !!! Aie aie c’est monstrueux. Les paysans s’endettent et consomment de plus en plus de ces poisons. L’effet direct c’est une dégradation de la qualité de l’eau du lac. A tel point qu’après chaque pluie on voit des poissons morts en aval du lac !! Bref je ne vais pas plus parler du prix des engrais, mais un groupe d’agriculteur a choisi de changer la donne. Trois paysans se sont rassemblés pour s’opposer à ces pratiques largement soutenues par le gouvernement, mais aussi pour améliorer la qualité et leurs productions de riz. Ils ont alors choisi de suivre une formation de 3 mois sur plusieurs thèmes :

6---Labour-champs-de-riz---Lac-Poso

– Les bonnes pratiques pour diminuer la prolifération de parasites : éviter d’avoir trop d’eau dans le champ, contrôle du volume d’eau etc.

– Les techniques de plantations : un pied de riz suffit et non 3 (principale technique utilisée). Retrouver la patiente d’antan !

3 - Jeune plante - Lac Poso

– La préparation d’engrais organique : diversifier sa composition et favoriser l’activité bactériologique.

8---Engrais-chimique---Lac-Poso

Utilisation d’engrais chimique dans le champs voisin !

– La préparation de pesticides et herbicides organique.

– Acquérir une bonne connaissance des maladies et des propriétés des plantes disponibles.

2 - Bébé riz - Sulawesi

C’est avec enthousiasme et ces connaissances fraîchement acquise qu’ils se sont lancés dans l’aventure en ajoutant un ingrédient oublié : le social ! C’est à dire qu’ils cultivent ensemble les champs. Pour plusieurs raisons; une agriculture biologique demande plus de travail, ainsi ils alternent en fonction des différents champs des uns et des autres. Les conditions de travail se sont alors améliorées. C’est des agriculteurs heureux de travailler ensemble avec leurs familles et leurs amis. En parlant avec eux je n’ai pas pu m’empêcher de me dire : plus on est de fou plus on rit !!! Donc chaque personne qui travaille dans les champs ne reçoivent pas de salaires. La production est partagée et ils utilisent leur part comme bon leurs semble : consommation personnelle ou vente.

5---Plant-de-riz---Poso-Mac 7---Plant-de-riz---Poso 4---Planteuses---Poso

Voilà pour le côté social, mais ce n’est pas le seul bénéficie, en plus de dépenser moins en produits chimiques la production est passée de 3 tonnes/ha à 6-8 tonnes/ha une augmentation de plus de 50% avec un riz bien meilleur !!! Un riz qu’ils vendent comme riz organique … Le test est tellement concluant que les paysans forment d’autres groupes dans la région et ils sont maintenant une trentaine à utiliser ce type de pratiques. Enfin, un peu d’espoir !!

Team-riz

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s